Janvier 2012 Archives

mardi 31 janvier 2012, 22:27:58 (UTC+0100)

Autoconfiguration IPv6 vs /etc/network/interfaces

Existe-t-il une meilleure façon d'implanter l'autoconfiguration IPv6 d'une interface réseau au niveau système ?

Mes recherches ont été infructueuses et je n'ai pas trouvé d'option adaptée pour le type inet6 ni dans les pages de manuels du fichier interfaces ni dans les exemples fournis avec le paquet ifupdown.

J'ai finalement obtenu un fonctionnement correct avec la syntaxe suivante :

# cat /etc/network/interfaces 
# This file describes the network interfaces available on your system
# and how to activate them. For more information, see interfaces(5).

# The loopback network interface
auto lo
iface lo inet loopback

# The primary network interface
auto eth0
iface eth0 inet6 manual
    post-up ip link set dev eth0 up

Après redémarrage, on obtient bien le résultat attendu :

# ip -6 addr ls
1: lo: <LOOPBACK,UP,LOWER_UP> mtu 16436 
    inet6 ::1/128 scope host 
       valid_lft forever preferred_lft forever
2: eth0: <BROADCAST,MULTICAST,UP,LOWER_UP> mtu 1500 qlen 1000
    inet6 2001:db8:feb2:1:b8ad:ff:feca:fe02/64 scope global dynamic 
       valid_lft 2591527sec preferred_lft 604327sec
    inet6 fe80::b8ad:ff:feca:fe02/64 scope link 
       valid_lft forever preferred_lft forever

Chers lecteurs, toute proposition est la bienvenue.


Posté par Philippe Latu | permalien | dans : réseau, système | Read it in english with Google

lundi 9 janvier 2012, 22:56:22 (UTC+0100)

Aire OSPF et passerelles multiples

Voici un nouvel article illustrant quelques fonctions de routage avancé sur les systèmes GNU/Linux : Aire OSPF et passerelles multiples.

topologie réseau étudiée

Relativement aux pages classiques telles que celle du LARTC Routage avec plusieurs accès Internet/fournisseurs d'accès, chaque fonction introduite est accompagnée d'une analyse réseau avec une démarche de test précise.

La progression est l'autre point intéressant. On débute par la répartition de trafic sur les deux liens entre l'aire OSPF et le routeur opérateur puis les fonctions supplémentaires de tolérance aux pannes réseau viennent s'ajouter une à une ce qui permet une caractérisation pas à pas.

Les notions abordées sont tout à la fois «simples», comme l'illustration du fait que chaque paquet IP peut suivre un chemin propre au niveau réseau tout en préservant une connexion de bout en bout au niveau transport, ou plus «élaborées» comme le marquage de paquets et l'enregistrement des communications qui montrent qu'il est possible d'utiliser ces mécanismes sans nécessairement avoir recours à la traduction d'adresses. Sujet au combien polémique.

Bien entendu, toutes les relectures, les critiques et autres remarques sont les bienvenues.